Une quinte de toux

IMG_4491

Hier soir je suis allée me coucher (normal tu vas me dire je ne vais pas rester réveiller toute la nuit je ne suis pas un vampire !).

La seule différence c’est que ce n’est pas les bras de Morphée qui m’appelaient mais la toux incessante de bébé Spizou.
Je l’entendais dans le babyphone, elle venait par vague sans pour autant réveiller mon tout petit.
Mais l‘inquiétude d’une maman, ce sentiment qui n’avait jamais existé avant que je donne la vie m’a submergé.
J’avais ce besoin incontrôlable d’être là, près de celui qui me comble de bonheur, pour le soutenir dans sa difficulté respiratoire.
L’entendre respirer, les entendre respirer car oui il n’y a pas un soir où je ne vérifie pas avant de me coucher si mes enfants ont bien ce souffle chaud qui sort de leur tout petit nez et ça fait 10 ans que je fais cela …déjà !
Hier, j’ai senti au plus profond de moi qu’il avait des difficultés à exécuter cette manipulation innée à cause des ses quintes de toux.
Je me suis préparé à la hâte, je suis montée, j’ai vite remis une couette pour Nounou Spizou, fait un bisou à mon Grabouillon qui avait l’air d’avoir un sommeil agité, caressé les cheveux de Grand Spizou qui n’est pas si grand que ça. Je me suis engouffrée dans ma chambre où la douleur d’une gorge enflammée se faisait trop entendre.
J’ai été cette maman qui apprécie de retrouver son lit seule depuis que le coin dodo de bébé Spizou a été mis en place mais hier je n’ai pu le laisser et je l’ai pris contre moi.
La douceur de ses petites mains m’agrippant m’a fait comprendre qu’une fois de plus il est important de s’écouter car il était serein que je sois auprès de lui.
Je savais aussi que la nuit allait être agitée, sûrement courte mais je m’en foutais car j’étais exactement à ma place!
Oui être maman n’a rien de facile, oui être maman c’est fatiguant, oui être maman peut s’apparenter à un sacrifice et alors?
Je préfère être aujourd’hui cernée, sur les rotules mais je ne perdrai jamais ma motivation d’être leur maman.
Une quinte de toux qui finalement m’a apaisé car je suis celle que je veux être, j’ai cette chance infinie de pouvoir respirer mes enfants. J’ai cette chance de les soutenir, de les encourager, de jouer avec eux, de les soigner, de les aimer plus que tout au monde.
Bébé Spizou a dormi toute la nuit contre moi. A presque 2 ans c’est souvent encore le cas et ça ne dérange pas. Si le besoin est là, j’y réponds c’est tout!
Quatre enfants c’est beaucoup mais je les ai et j’assume. Je ne suis pas une wondermum je fais ce qui a à faire point barre.
Mes journées sont bien de 24h et c’est jour comme nuit qu’il faut être présente.
J’ai passé une nuit avec une quinte de toux qui m’a transformé en crocodile en ne dormant que d’un œil.
A 6h c’était pump et lup! Bébé Spizou s’était assez reposé. Avec le sourire, les câlins j’ai recommencé une journée de routines avec la préparation du pti dej pour mes grands, les réveiller dans le calme, les écouter raconter leur nuit, rire avec eux de bêtises. Je me suis préparée vite fait pour ne pas avoir l’air d’une mère fatiguée, creuvée car tout le monde s’en fout et je n’aime pas cette image de moi. Gérer la crise de Grabouillon qui ne veut pas aller à l’école, faire la course finalement avec lui  pour arriver à l’arrêt de bus. Amener bébé Spizou chez sa nounou pour qu’il puisse jouer et vivre à son rythme pour me plonger dans mes cours et arriver à mettre une croix sur chaque tâche que je dois accomplir avant leur retour.
Ménage, lessive, courses, ortho, médecin, gouter, devoirs, douche, bain, repas… Une liste qui te paraît interminable et pourtant si normal pour moi car j’ai choisi cette vie! J’ai choisi d’avoir une grande famille, j’ai choisi de vivre à 100 à l’heure.
Si ce soir madame quinte de toux décide de revenir je n’aurai pas de pause. Et ne te dis pas la pauvre car je suis riche, je suis même millionnaire de ce que m’apporte tous les jours mes petits moi, mes petits lui. Car oui c’est avec Spizdad que je vis ce grand chamboulement quotidien. Un père, un mari, un ami et bien plus. Il me soutient à sa manière, ne me facilite pas souvent les choses mais il est là et je ne pourrai pas faire sans lui.
Mon bonheur c’est eux, ma tribu, mes Spizman.

Cand, Spizmum

4 commentaires sur « Une quinte de toux »

  1. tu as tout à fait raison 🙂 et je suis touchée de te lire 🙂
    je suis comme toi, j’ai été (et suis encore) cette maman, qui fait passer son enfant avant tout…
    mon blog actuel ne relate pas toutes ces nuits dans le salon, à bercer fiston dans sa poussette, par contre son père ronflait et s’en foutait….
    bref, je m’égare…
    j’ai partagé ton article 🙂 et c’est un plaisir 🙂
    grosses bises ma belle ❤

  2. Bravo !!!! Très joli billet. ..
    Je n’ai qu’un Titi mais je me reconnais bien aussi car à 3 ans 1/2, lui aussi fini quelques fois ses nuits avec moi… Mais là c’est à cause des loups ☺

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s