Une rentrée en petite section…

Quand nounou spizou est né un 26 décembre je ne pensais pas du tout mais du tout à sa future rentrée en maternelle. Le système français fonctionne par année. Que ton enfant soit né en janvier, juin ou même fin décembre il intègre la petite section en même temps…

Pour nounou spizou ça a été la galère, le drame même et je m’étais promis que plus jamais je ferai un bébé de fin d’année….

Et donc 3 ans plus tard je tombe enceinte et bébé spizou était prévu pour le 24 janvier. Contente, je me suis dit que j’étais large et qu’il ne pointera surement pas le bout de son nez avant…. Mouahahah belle utopie!

Le 23 décembre à 23h49, il était bel et bien là!

Très vite j’avais pris la décision que je ferai moi même la petite section à la maison. Il serai forcément trop petit pour aller à l’école et je ne voulais absolument pas réitérer l’expérience catastrophique que j’avais connu avec son frère.

Pourquoi avoir autant d’à priori? Pourquoi oublie-t-on que chaque enfant est différent?

Les mois défilent, les années passent, les projets changent. Bébé Spizou évolue à la vitesse de l’éclair! Bien qu’il eut été un BABI, il avait clairement pris son envol vers l’autonomie.

Un vrai moulin à parole, pas de dada, de tuture et compagnie, il s’exprime avec les bons mots et utilise très rapidement le « je ». J’ai eu du mal au départ car cela ne nous était jamais arrivé. C’est même déroutant de voir un petit bonhomme de deux ans s’exprimait ainsi…

Du fait qu’il soit à l’aise nous avons même fait une journée découverte avant les vacances de Pâques. Tout s’est passé à merveille et la directrice était même d’accord de le prendre quelques mois avant les grandes vacances… Mais finalement c’est moi qui n’était pas prête. La propreté était en cours d’acquisition, il était très bien chez sa nounou, je n’ai vu guère d’intérêt de le mettre déjà dans le bain du système scolaire.

Picture_20160929_120511856.jpg

Puis il y a eu les vacances avec notre départ dans notre famille dans le Sud.Il a régressé niveau propreté ( nouvel environnement, nouvelles règles de vie…. Beaucoup pour lui et ses 30 mois et quelques). Quand nous sommes revenus j’ai cru que l’on allait devoir tout recommencer et en fait non. Il a repris son quotidien, ses habitudes et tout se passa pour le mieux.

Le 1ier septembre est arrivé. Un boule au ventre oppressante était là. Elle m’a envahi de stress car aujourd’hui d’une part mon grand rentrait au collège seul et d’autre part mon bébé faisait lui aussi sa rentrée officielle à même pas trois ans. La phrase que j’ai le plus entendu ce jour là fut « Maintenant que les quatre sont à l’école tu vas être tranquille » heuuuu comment dire… Oui, je n’ai plus de bébé à la maison mais l’école n’est pas pour moi un gage de tranquillité. Bref, je souris et je pars emmener mes 3 à l’école primaire.

Pas de cris, pas de pleurs, pas de koala attitude…..(mais où est mon bébé??!!!) Alors qu’il est entouré de drame, lui joue calmement, sereinement. Il m’embrasse et me dit à tout à l’heure. Il a totalement confiance car si je l’amène là c’est que cela doit être bien. La claque et c’est moi qui pleure dans ma voiture.

Il s’adapte très rapidement, participe aux ateliers avec joie, s’exprime avec clarté mais (et oui il fallait un mais quand même!) je le sens qu’une journée complète sera bien trop longue (du moins pour l’instant).

J’ai une nounou en or! Non mais vraiment! Bienveillante, passionnée et Bébé spizou l’aime de tout son cœur. Je parle avec elle de mon sentiment et nous décidons ensemble qu’il ira à l’école que le matin et finira sa journée chez elle. Il pourra ainsi partager un repas tranquillement, faire une sieste dans un lieu calme et vivre à son rythme.

Combo parfait! C’est exactement le rythme qui lui faut et ça se voit. Il va à l’école avec entrain, il se repère et connait le déroulement de la journée et il n’est pas sur les rotules en fin de semaine.

Comme quoi on se crée des appréhensions avant même que les évènements arrivent. Cela m’aura appris à me faire confiance en tant que mère et surtout à l’écouter lui, mon bébé bonheur.

Prendre le temps de regarder son évolution, prendre en compte ses capacités et avancer mains dans la mains vers un futur prometteur.

Cette dernière première rentrée est un peu une cerise sur le gâteau que je garde bien fort contre mon cœur. Un très beau cadeau de la vie qu’il faut savoir apprécier à sa juste valeur. Une douceur de la vie lorsque l’on vit des moments difficiles. Bref, une très belle victoire que j’avais envie de partager…

Spizmum

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s