Quand la maladie me rattrape

Quelle belle période que celle de Noël avec sa magie, ses biscuits, ses odeurs et …ses petits présents!
On n’attend ce moment toute l’année et finalement on dira que cela arrive trop vite. On  finira par boire un smootie détox en pleurant que c’est déjà fini.
Cette période où tu te permets plus que coutume de dégouliner d’amour en enlevant quelques barrières pour dire je t’aime.
Cette période qui te remplie de souvenirs et de vidéos pour « plus tard ».

Noël quoi!

Puis Noël a pour moi un goût tout particulier car il me rappelle la naissance de mes deux garçons à 6 ans d’intervalle.

Il me rappelle Sophie ma sage femme qui me criait « pousser madame! » avec son chapeau de père Noël sur la tête.

Il me rappelle l’ambiance festive de la maternité enrôlé par le bonheur ambiant de la magie de Noël.

Alors pourquoi tu t’es réveillée ?!

Car oui je ne suis pas seule vois-tu. je cohabite avec trois tyrans qui sont le Crohn, la Spondylarthrite et le Lupus. Trois épées de damoclès que j’essaye de dompter au fil des années même si je suis intimement convaincu qu’elles gagneront un jour.

J’étais bien, j’ai certes des soucis qui se règlent un par un. Oui, chaque jour était une source d’inquiétude sur le lendemain mais qui n’a pas cela a son échelle ? On réfléchit tous trop la tête sur l’oreiller à penser, ressasser, imaginer, chercher en oubliant de dormir et en se réveillant les cernes sous les yeux et le soupir qui se fait entendre quand tu te regardes dans le miroir.

On se demande tous quel est le truc qui va nous tomber dessus et si on pourra y faire face.

Je les avais presque oubliées. . presque

Remarque depuis le mois de septembre je n’ai eu guère de moment d’y penser! Je n’ai pas arrêté et j’étais plutôt contente de voir des résultats positifs dans ma vie.

Il est 16h, Spondy s’éveille!

Et je peux te dire que j’aurai préféré chanter  « il est 5h Paris s’éveille » à la place d’être là dans ma cuisine foudroyée par une douleur dans les genoux, puis le dos et finalement toutes les articulations de mon corps.Une fièvre de cheval qui s’installe et qui ne baisse pas malgré le paracétamol.

Tu la sens la fatigue là?! Tiens mange ça !

Voilà qu’elles rigolent de moi ces salopes! je devrai dire Mes salopes pour être plus juste vu qu’elles sont en moi.

Et pourtant je me sens comme une marionnette avec laquelle on joue pour que chaque mouvement soit si douloureux que tu ne peux que sentir la suprématie de celles ci sur mon corps….

Mais vous ne passerez pas!

Non elles ne toucheront jamais mon moral! Elles ont fait quelques tentatives m’emmenant ainsi sur un lit d’hôpital plusieurs fois mais j’ai appris à en rire car je ne sais que cela n’est que provisoire.

Certes ces maladies ne se guérissent pas mais elles se soignent et quoiqu’il m’arrive tant qu’elles n’auront pas mon sourire on ne pourra pas dire qu’elles auront gagné.

Alors qu’est ce qu’il t’arrive ?

Aujourd’hui jour des vacances de Noël je fais une poussée. je vais commencer un traitement que certains diront lourds mais qui pour moi sera synonyme de liberté!

Car oui il marchera, oui il endormira à nouveau celle qui me détruit et cela ne sera plus qu’un souvenir.

En attendant souhaitez moi bon courage et transmettez moi un peu de vos forces pour que ces vacances ne soient pas trop difficiles et que j’arrive à profiter des miens sans trop me shooter avec des médocs beaucoup trop forts pour un petit bout de femme comme moi.

Candice

12 commentaires sur « Quand la maladie me rattrape »

  1. Si je pouvais te prendre tes garçons un peu pour te soulager, je le ferais avec plaisir.
    Bon courage, n’hésite pas à appeler si besoin. On n’est pas loin !

    1. Il y a ma maman qui arrive le 21 (heureusement!) et elle repart le 31. Puis le 31 on accueille des amis que j’aime beaucoup alors je ne vais pas te donner plus de travail alors que toi aussi TU DOIS TE REPOSER 😉❤

  2. Toutes mes pensées seront pour toi. Bon courage même si ces simples mots me paraissent dérisoires. Passez malgré tout de bonnes fêtes toi et ta famille.

  3. Ma belle, j’espère que ce traitement va te soulager durablement, que tu vas pouvoir retrouver le confort de ton corps…
    J’espère surtout que tu vas pouvoir profiter de Noël, de ta famille.
    Je t’embrasse fort fort fort

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s