Say you won’t let go

Comme si James Arthur avait écrit cette chanson pour nous…

Comme si je lisais dans ses yeux exactement cette phrase lorsqu’il me regarde alors que je cherche, que je me cherche.

Je me suis perdue ces derniers temps ou j’ai perdu trop de temps je ne sais pas trop.

Ai je trop donner? Me suis je oubliée dans le tourbillon de la vie?

Quand j’ai commencé à sentir ce vide, il ne m’a pas écouté, pas compris.

Quand j’en ai parlé à mes amies, elles n’ont pas compris, se sont mises en colère.

Dans cette histoire celle qui comprend le moins mon état est bien moi.

Je suis quelqu’un qui aime la vie, les rires , la danse des sourires sur le visage des gens que j’aime … aujourd’hui je dois réapprendre à aimer cela.

Je suis quelqu’un de passionnément amoureuse et aujourd’hui je réapprends à connaitre chaque centimètre de son corps comme si je ne le connaissais plus.

Je suis quelqu’un de créatif qui se retrouve dans une impasse car chaque divagation lui parait impossible.

Tous les jours le soleil se lève et tant de fois j’aimerai rester dans le noir ou me lever en me disant que cet état est derrière moi.

Mais je sais que j’avance petit pas par petit pas.

Déjà car ma moitié m’a enfin comprise et entendue. Car j’ai eu la liberté de verser mes flots de larmes sur son épaule sans jugement.

Non je n’ai ni besoin de coup de pied au cul, ni que l’on me force à quoique ce soit. J’ai besoin de me retrouver.

Alors je préfère m’isoler avec ma tribu dans une bulle, notre bulle.

Pas de réseaux sociaux, peu de téléphone, juste eux . Ce besoin de respirer leur odeur pour me sentir vivante.

Je pense sincèrement que je me suis laissée trop de coté au profit de la bienveillance pour les autres. J’ai pris trop de pincettes avec tant de personnes qui ne se sont jamais gênés de me faire du mal sans que cela les empêche de se regarder dans une glace.

Alors stop!

On se reconstruit ensemble un peu plus chaque jour, on s’aime toujours plus fort.

Heureusement que j’ai un travail agréable avec une bonne équipe cela me parait moins difficile comme cela.

Mon état ne me cloue pas au lit ou dans mon canapé car il me tient la main pour m’aider dans TOUT. Même faire les comptes commence à me donner un léger rictus sur le coin de la bouche.

Il essaye de me surprendre, de me faire plaisir.

Il supporte mes changements d’humeur…

Bien évidemment vous vous demandez ce que j’ai? Pourquoi la mère de famille de 4 enfants avec son mari sa jolie maison et tout le toutim est dans cet état là?

On a cru à une dépression. On a cru à un burn out. On a cru tellement de choses…. Mais non.

Mais ça je vous en parlerai plus tard et avant de juger, de dire des paroles vaines prenez soin de votre jardin, de vous.

Candice

 

3 commentaires sur « Say you won’t let go »

  1. Oh ma Bichette, je suis contente d’avoir de tes nouvelles. Je m’inquiétais tellement.
    Tu nous laisses avec de nombreuses interrogations mais je lis du positif dans ces lignes.
    Je t’embrasse très fort.
    Je suis toujours là si tu as besoin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s