bien-être, bla bla, Lifestyle

Se choisir …

Jusqu’à présent j’avais eu des épreuves meurtrières qui m’ont obligé à devoir me choisir sans finalement avoir le choix. C’était vital. L’épreuve en elle même m’apprenait par la douleur à m’en sortir plus forte.

Mais se choisir est parfois synonyme de croire vraiment en ses rêves. Avoir confiance que cela va se réaliser. Sans en avoir aucune visibilité.

Me sentant condamnée je vivais de baises et de bières fraîches. Un quotidien d’instants présents sans répercussion sur l’avenir puisqu’il n’y en avait pas.

Puis j’ai réussi à vaincre une bataille dans la quête de ma victoire sur la maladie. Je commence à guérir.

Alors je continue à vivre comme avant? Je veux quoi pour ma vie?

Je suis fière d’avoir pris beaucoup de recul et travailler sur moi lorsque j’ai été au plus bas. Laissant parler ma plume sur les émotions que je ressentais. J’ai écrit à celle qui allait guérir car je savais qu’elle allait en avoir besoin pour se remettre les idées en place.

Je dois me faire confiance, je me connais et je sais ce que je mérite.

J’étais sûrement la pote la plus libérée,

je deviens la pote libre.

Bien sûr que j’ai adoré cette période libertine et sans tabou. J’ai eu de la chance de rencontrer des partenaires de jeu d’une grande qualité et bienveillants. Surtout un. J’ai trouvé le prénom de Dieu et mes « Oh my god » n’auront plus le même impact. Mais je me choisis moi.

Se choisir c’est faire un saut dans l’inconnu. Et d’avoir mis un terme à toutes mes relations pour décider de vivre du sérieux, ça me fout clairement les chocottes. Je suis quelqu’un qui aime le contact, la tendresse (et le sexe) mais je n’ai choisi que des relations sans issue par protection.

De façon pragmatique et honnête, c’est vrai que cette situation m’apportait bien plus de satisfaction que de mal. Mais mon moi veut du plus grand. Je ne veux pas des miettes je veux le buffet complet et opulent.

Je me suis choisie avec un gros pincement et depuis ce choix je me répète sans cesse que j’ai raison. Je reste intègre et préfère m’exprimer que de mettre un masque.

Personne n’a dit que se choisir était facile. Bien au contraire. Être honnête avec soi même pour accepter de mettre les mots et surtout passer à l’action, il faut du courage.

Alors oui j’ai sauté dans l’inconnu mais je ne suis pas dans le flou. Je sais que je vais sur le bon chemin.

Depuis ces réajustements dans ma vie, je me sens plus alignée. Je ne regrette pas mon choix.

Et maintenant? La suite au prochain épisode…

En attendant c’est diet dans ma culotte et ménage dans mon cœur.

Candice

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s