Le dimanche

Le dimanche…

C’est un jour important pour nous car c’est le seul de la semaine où avec Julien nous ne travaillons pas. Le seul où l’on peut prévoir à 6.

Alors que lundi, mardi et leurs autres potes de la semaine passent lentement à partir du moment que ta carte de pointage indique « entrer », le dimanche a la capacité de passer à une vitesse folle!!

C’est vrai qu’en sachant cela on devrai prévoir des sorties, des tonnes d’activités pour optimiser ce temps mais…

1) Notre chère et tendre 7 places qui nous accompagne depuis d’innombrables kilomètres, est bien trop âgée et ne peut plus nous transporter en toute sécurité… Tu sais combien ça vaut un engin pareil? Un rein ou un œil pour avoir droit à l’option secure… Alors on se démène pour prétendre peut être un de ces quatre à avoir droit au sésame « crédit » pour enfin de nouveau vadrouiller ensemble. Et on laisse de côté nos envies d’ailleurs en les rangeant dans un coin de nos têtes en attendant qu’elles soient réalisables.

Tu comprendras donc que ça nous limite dans nos déplacements et de ce fait le calendrier ne se remplie guère de sorties organisées à plus de 7 km de chez nous…

2) S’il y a bien un jour où on ne veut pas se prendre la tête c’est bien celui là! C’est le jour officiel de la procrastination bienveillante dont tu n’auras aucune conséquence à ta léthargie chronique dominicale. Tu veux dormir, dors. Tu veux te lever, lève toi. Tu ne veux rien faire, profites! Tu as une idée derrière la tête, fais la!

Dans certaines régions que nous avons connu il était mal venu de passer la tondeuse ce jour là…. Je ne vois pas en quoi c’est irrespectueux (sauf si c’est très tôt le matin je conçois) de faire son jardin le dimanche car on en a ENVIE.

Écouter ses envies permet d’être serein, apaisé et de bon humeur alors pourquoi se priver de cette happiness thérapie qui va nous aider à surmonter le tsunami de la semaine qui arrive.

3) Ne rien prévoir est une sorte de formule magique ouvrant la porte à toutes les possibilités. Faire place à l’imprévu et croire qu’il n’apporte pas forcément de mauvaises nouvelles. On a appris à y croire et à donner bien plus d’importance aux jolies choses qu’aux mauvaises et je peux te dire qu’on le vit bien mieux! Un apéro improvisé avec des amis, une balade autour du village, une séance de skate, grillade et piscine… et bien plus encore.

4) On essaye quand même de bloquer une ou deux dates par mois et on s’organise (du moins on essaie mais ce n’est pas toujours évident) pour pouvoir le faire. Cette douce folie de voir une date qui s’approche est une sensation unique! J’ai l’impression que rien que de m’imaginer le jour j, je sens en moi le cœur qui s’emballe, le sourire qui se fige et mes pieds qui dansent à la mode « trop hâte ».

Bref tu l’as compris le dimanche chez nous c’est sacré et il n’a pas une rigueur à tenir. La seule contrainte que je garde c’est faire une machine et écrire la check-list de la semaine. J’attends le soir pour le faire, pour prendre du recul.

J’ai beaucoup de mal à prendre du recul, il paraît que c’est normal je suis hypersensible alors je remercie le dimanche pour m’aider à contrôler ce côté de moi qui me fait défaut.

Il me reste encore quelques heures avant de lui dire à la semaine prochaine…(et mes pieds dansent la samba rien que de penser au dimanche qui arrive!!!) Je vais encore prendre ma dose de bonheur, de simplicité et de délire avant de remettre mon « uniforme » et je vous dis bon dimanche et à bientôt je l’espère.

Candice

 

Ses tâches de rousseur

Assis sur le canapé, il se pose enfin après sa journée. Il parle de ses cours, des délires qu’il a avec ses potes, de sa vie de collégien.

Je ne l’écoute pas, je l’avoue…

Non par manque d’intérêt à ce qu’il me raconte mais parce que je l’admire.

j’admire ses petites tâches de rousseur qui ont pris congés sur son visage. Il y en a des dizaines, non des centaines! J’aimerai en secret en connaître le nombre exacte pour garder intacte le souvenir de son insouciance.

J’ai sorti mon appareil et après lui en avoir demandé l’autorisation je l’ai pris en photo.

Les yeux écarquillés il hallucine sur les clichés. « Il y en a tellement!!! »

Il me l’avoue, il a du mal à les accepter…

L’acceptation de soi, c’est comme la confiance ça s’apprend alors ce billet est pour lui.

Je n’ai pas la recette miracle. Mais ce que je sais, c’est que la vie est assez difficile pour perdre du temps à se faire du mal. Malheureusement, on rencontre toujours des gens qui ont cette facilité à se moquer du physique des autres… Il y a quelques semaines, tu en as eu la pire des preuves… Alors soit fort et aime toi assez pour qu’aucune de leur remarques te blesse. On est comme on est et il n’y a pas de codes, de règles physiques qui doivent te rabaisser.

Grand ou petit, blond ou brun, mat ou blanc c’est ce qui fait la diversité. Cette chose merveilleuse qui permet d’être tous différent et UNIQUE!

Tu es unique mon fils! Et jamais je n’aurai pu t’imaginer sans tes petites tâches sur ton visage que j’aime tant. Elles font parti de toi de ton identité.

Je m’amuse à croire que chaque tâche est apparue à l’un de tes éclats de rire, c’est pour cela qu’elles sont si nombreuses. Elles forment des petits dessins que l’on devine. Comme lorsque nous regardons ensemble les nuages. Tu vois mon fils tu es aussi inspirant que le ciel.

Quand l’été revient, elles deviennent plus visibles, plus foncées. Tu es comme moi, tu réagis au soleil. Ton bonheur se lit sur ton doux minois aussi rapidement que la température qui grimpe sur le thermomètre.

Les années passent, tu grandis mais ces petits points me rappelleront à jamais cette enfance que nous construisons ensemble.

Alors regarde toi dans le miroir, plus près, pour que toi aussi tu les admire. Apprends à les connaitre, les aimer. Crois moi elles seront tes alliés, fais leur confiance elles ont un pouvoir que tu ne t’imagines même pas.

La vie est difficile mais surtout la vie est magique! A toi de la voir ainsi pour que jamais tu ne baisses les bras à cause des combats, des injustices.

Tu es unique, tu es magique, tu es magnifique, tu es mon fils alors aimes toi autant que je t’aime.

Et si un jour tu doutes, n’hésites pas à me réclamer une piqûre de rappel, je le ferai avec plaisir.

Ta maman

 

 

Jolie 2018, Bienvenue!

Je me suis longtemps demandée si j’allais faire un article bilan 2017 ou encore un billet sur des résolutions 2018. Finalement ce sera ni l’un ni l’autre.

Je tourne la page de 2017 tout simplement avec ses hauts et ses bas. Je n’en garde que le meilleur et avance (je dirai même je fonce) vers ces 12 prochains mois. La seule chose que nous nous sommes promis avec mon Chéri c’est de finir 2018 non pas en lui disant « Ciao et bon vent » comme ce fut le cas depuis bien trop longtemps mais plutôt en se disant « que ça continue dans cette lancée ».

Cela fait 10 jours que 2018 s’écrit sur les calendriers et je la trouve déjà très sympa. Ne t’inquiète pas en 10 jours nous avons eu des petites déconvenues mais notre manière de les appréhender n’est plus du tout la même.

Avec Chéri, nous sommes des éponges à émotions, un peu comme les gosses quoi, et tout nous touchait plus que de raison. Ce qui a affecté notre vie de famille, de couple. A force, cela a crée des chaines, des boulets, des handicaps qui nous ont empêché d’avancer et qui nous ont même touché dans nos santés. Il fallait que l’on sorte de cette spirale, il fallait que l’on respire.

Ensemble, on est allé voir une psychologue. Nous voulions savoir d’où venait le problème. Si cela venait de nous et comment faire pour avancer de nouveau. A force d’entendre les critiques, les médisances, les « on dit » derrière ton dos, les jalousies on avait beau avoir une carapace on reste des êtres humains et clairement on en a pris plein la tronche. J’ai du mal avec le concept de « c’est parce que je t’aime ou t’apprécie que je me permets de te dire ça ou de te juger »alors que tu n’as pas vraiment de relation réelle et vraie avec ces personnes, mais elles se permettent de déblatérer pour se soulager. Et c’est dans tout cela que notre psy nous a aidé et je l’en remercierai jamais assez.

Je ne vais pas te raconter notre thérapie car elle nous appartient mais je peux te dire qu’elle nous a donné un nouveau souffle! Elle nous a rendu la vue sur la vie et sur ce qui est important et sur ce qui est néfaste pour nous. Prendre soin de nous, ne plus s’obliger à faire si ou ça, faire ce que l’on souhaite.

Notre mantra est « Confiance, Patience et Bienveillance ». Ça fait peut être un peu niant niant mais je vous assure qu’au quotidien ça fait tellement de bien!

La confiance, avoir confiance, c’est difficile et en même temps indispensable. Lâcher car on a confiance, croire car on a confiance. Avec le recul il est plus difficile de se donner confiance en soi quand l’être que l’on aime, surtout après avoir été brisé. Recoller les morceaux pour se sentir plus fort. Après des mois de travail sur moi, j’arrive à enlever mes peurs. Loin d’être évident, je vois quand même les progrès et je commence à me ré-apprécier. Et quand on avance avec confiance on se sent bien et aujourd’hui on se sent bien ensemble mais aussi individuellement.

La patience. « Tout vient à point à celui qui sait attendre » c »est un adage tout à fait vrai. Avec 4 enfants nous avions déjà développé cette qualité mais la mettre à profit dans n’importe quelle situation c’est se donner l’espérance de vivre des victoires. Oui aujourd’hui tu peux avoir un travail « alimentaire » ou des tracas par dessus la tête. Continu à croire en tes projets et avance avec patience car ça viendra. Et tu en es certaine que ça viendra car tu te fais confiance ( tu as compris le principe je pense ).

La bienveillance. Ce terme est surexploité dans la parentalité mais je trouve que l’on s’attarde beaucoup trop sur la bienveillance dont nous devons faire preuve auprès de nos enfants et non celle que nous devrions avoir dans notre couple mais aussi avec ceux qui nous entourent. La critique est facile mais la bienveillance l’est beaucoup moins! Une relation qui n’est basée que sur des reproches et des constatations devient une relation stérile et triste à vivre. Je ne dis pas qu’il ne faut rien dire mais on peut parler de tout quand on fait preuve de bienveillance car la discussion est plaisante et on a cette assurance de l’amour de l’un et de l’autre. Avoir des attentions, donner des preuves d’amour, toutes ces choses qui te donne (je te le donne dans le mil) de la confiance et qui te permet d’être patient l’un envers l’autre. Aujourd’hui j’ai de la chance de vivre de cette manière avec mon mari et cela se ressent sur ma relation avec mes enfants mais aussi dans ma vie en générale.

Alors voila, bienvenue 2018! Merci pour les sorties, les voyages que nous allons faire à 2 ou à 6. Merci pour ces concerts qui vont nous faire sentir vivants! Merci pour le travail que tu vas nous donner et qui nous permettra d’accomplir nos projets. Merci pour nos passions qui nous feront vivre un peu plus chaque jours nos rêves. Merci pour tous les fous-rires, les moments de bonheur, les fiertés, les victoires, les joies, les surprises, les larmes aux yeux… Merci pour les nouvelles rencontres, merci pour les amitiés qui se renforcent. Merci pour l’amour pour lui, pour tous ses mots qu’il me dit ou m’écrit. Merci pour mes enfants que nous allons regarder grandir, découvrir et comprendre. Merci 2018 tu es une année fantastique!

Risoul jour 5: Animations de la station

Déjà 5 jours de vacances ici. Ça défile à une vitesse folle. 
Aujourd’hui nous avons eu envie de profiter des animations proposés par la station. Chaque semaine il y a un programme d’activités gratuites pour tous publics diverses et variées.

Ce matin, sur la rue principale, plusieurs jeux en bois étaient à disposition. Les gars ont retrouvé leurs « potes » de la veille pour leur plus grande joie.

Pendant qu’ils jouaient, nous avons profité de choisir les cartes postales pour nos proches. C’est une sorte de tradition. Une étape obligatoire qui fait plaisir à coup sûr. Personnellement j’adore en recevoir. Les boîtes aux lettres se gorgent trop souvent de factures alors une petite carte de temps à autre cela donne le sourire. Avec la mode sms et réseaux sociaux on oublie parfois les choses simples.

L’après midi nous avions le choix entre un beach volley, des activités manuelles ou jeux dans le sable.

Après quelques tours en luge (qui est devenu une habitude quotidienne) les garçons ont voulu faire du diabolo, pêche aux canards, parcours dans le sable.

D’un commun accord, nous avons pris le télésiège pour tester une nouvelle piste de randonnée. Chacun espérer revoir nos marmottes… mais c’était sans compter les cris d’excitation des enfants qui empruntaient le parcours VTT…

Nous sommes passés près du chemin menant à la méga top géante tyrolienne. Avec mon chéri on s’est regardé d’un regard complice. Demain notre grand fêtera ses 12 ans et nous savons qu’il est avide de sensations fortes. Je ne sais pas pourquoi mais je sens qu’il y en a un qui va bientôt dévalé la montagne à plus de 80 km/h!

Arrivés à la station, un cours de zumba commençait. La semaine commence à me tirer alors je n’ai pas senti de faire le cours. J’aurai été moins fatigué je l’aurai fait sans hésiter!

Le soir, nous avons décidé de rester au calme. Un bon dessin animé, un repas simple et au lit! Il faut reprendre des forces pour demain. Un grand jour! Les 12 ans de Paul! Cela promet d’être merveilleux. En tout cas, il est vraiment content d’être à Risoul pour son anniversaire. Alors vivement demain.

A demain pour que la fête commence!!

Risoul jour 4: Changement de décor 

Aujourd’hui la tribu avait envie de découvrir les alentours de la station et c’est au coeur du Queyras que nous avons décidé de passer la journée. 
Avant de faire quoique ce soit il fallait faire un petit plein de victuailles. À guillestre se trouve des supermarchés évitant de payer à prix d’or comme en station.

Le coffre plein nous avons pris la route vers Arvieux. Une route qui longe la Durance. Cette route où tu te sens minuscule, arpentant les Alpes. Route étroite où tu côtoies le vide. C’est vers Chateau ville vieille que nous avons décidé de pique niquer au bord de l’eau.

Les enfants sont surpris des toitures. Toitures faites pour faire glisser les surplus de neige, mais ça ils ont du mal à se l’imaginer.

« Ah bon maman, il y a vraiment beaucoup de neige ici? Pourtant il ne fait pas froid? »

En effet nous profitons depuis le début d’un temps magnifiquement radieux. Une vraie chance!

Nous aimerions beaucoup faire découvrir la neige à nos garçons. Et nous réfléchissons de plus en plus à les amener pour la semaine de noël car il rêve d’un noël neigeux. Alors pourquoi pas?!

Après le pique nique, nous avons fait la visite du Fort Queyras. J’ai cette passion de l’époque médiévale. Et j’aime la partager avec mon mari et mes enfants.

Ce Fort est installé sur un verrou glaciaire dominant la vallée du Guil et Château ville vieille. Autant te dire que tu mérites amplement la visite lorsque tu arrives au pied du Pont Levis.

Une visite libre très bien construite avec un parcours doté d’explication sur l’histoire du Fort pour les grands comme pour les petits.

La visite dure environ deux heures que tu ne vois pas passer. Certaines pièces sont dotées de mise en scène permettant de mieux comprendre la vie de l’époque. Des jeux en bois, des énigmes, des recoins secrets permettent de rendre très attractif la visite pour les enfants tout en apprenant.

Retour sur Risoul, les enfants se sont amusés à compter les virages en épingle. 25 en tout pour accéder au parking de la résidence! Rien que ça!

Le soir, la station proposée « la nuit gourmande du Pré du Laus ». En départ groupé, nous avons marché 45 minutes en direction du lac du Pré du Laus. Une dégustation de vins et de fromages des Hautes-Alpes nous y attendait sur un fond musical d’accordéon et de domino.

C’était bon enfant, ça nous a permis de faire connaissance avec d’autres vacanciers, d’autres familles nombreuses dont nos enfants jouaient ensemble à construire des cabanes en forêt. Cela nous a fait du bien de les voir faire leur amitié de vacances. C’est ça aussi les vacances!

Pour clôturer la soirée, la compagnie Fuegoloko nous on présentait leur spectacle de feux et effets pyrotechniques sur eau. Émerveillement et rire ont été au rendez vous. Tellement chouette de proposer des animations comme celle ci dans ce cadre magique!

Nous sommes rentrés dans la nuit  (et nous avons donc refait les 45 minutes de marche!) Et c’est des souvenirs plein la tête que nous avons rejoins nos rêves et finis ce 4ieme jour.

A demain! 

Risoul jour 3: On prend le rythme

Vacances, on oublie tout surtout la veille qui était difficile. 
C’est en forme que toute le troupe se réveille. C’est avec le sourire que j’entame cette nouvelle journée. Nous n’avons pas prévu de programme précis mais le soleil est au rendez vous offrant un panel de possibilité.

C’est sans grande surprise que les enfants ont émis le souhait de faire de la « luge devale » et pour tout vous dire on en avait envie autant que les garçons.

Premier tour avec Benjamin, j’essaie de ne pas freiner. Deuxième tour avec Maxime et je n’ai plus le choix. Le mot d’ordre c’est « À FOND LES BALLONS! ». Sans grande surprise j’ai hurlé tout le long et Maxou fut mort de rire. Je vous assure que cela va sacrément vite et nous ne sommes tenus que par une ceinture! Mes enfants sont vraiment courageux au contraire de moi.

Le télésiège était ouvert et Benjamin était drôlement curieux de tester. Paul, Evan et Maxime devant. C’est qu’ils sont grands maintenant les loulous. Plus besoin d’un adulte pour les accompagner. Benjamin, mon chéri et moi derrière. Je déteste le vide et malgré une vue à couper le souffle, la peur m’empêche d’en profiter.

Arrivés à bon port au bout de 20 minutes de supplice, nous décidons de redescendre par les chemins de randonnée. C’est fou comme en descente les enfants sont ultra motivés et c’est en chanson que nous avons entamé notre marche.

Sur le chemin, des marmottes sont venues nous faire coucou comme pour  récompenser la joie des enfants.

Après 2h15 (oui on s’est légèrement perdu) nous sommes arrivés à la station avec un appétit d’ogre (Tu m’étonnes il était presque 2h de l’après midi on ne pouvait que crier famine!)

Les bidons pleins, nous avons décidé de passer l’après midi à la piscine chauffée. Un vrai moment de détente, de rire et de bataille. La piscine est assez grande pour avoir de la place. La vue sur le massif rend cet endroit magique. Une activité qui à coup sûr mettrai les gars KO!

Nous avions rendez vous le soir à un spectacle dans la salle commune de Risoul. Un spectacle théâtre cirque néo vintage proposé par la compagnie des vils brequins.

U
n mélange d’humour pour les enfants comme pour les grands. Des numéros de jonglage hypnotisant mes gars. De la musique, des rires, bref on a adoré ! Ce show a clôturé cette folle journée et c’est sans aucune difficulté que les enfants se sont endormis.

Demain, nous allons prendre la voiture pour visiter les alentours et j’ai hâte de vous raconter cela.

A demain!

Risoul jour 2 : Les vacances

Je ne sais pas vous mais j’ai cette espèce de motivation extrême à croire aux vacances parfaites! Tu sais les vacances autant pour les enfants que pour les parents… (je t’entends ricaner là)
Et puis il y a ce premier jour, à 6, loin de chez nous. Ce premier jour où tes enfants te font leur description des vacances, de LEURS vacances… (je sens que tu vois de plus en plus de quoi je parle là )

Après une bonne nuit de sommeil dans notre mini chez nous, c’est de bonne humeur que nous nous sommes levés. Le café coule, les céréales tintent dans les bols, les enfants rient. « On fait quoi comme activités? »
Ah ça y est ils commencent…

A 10h00 nous nous sommes rendu à l’office du tourisme afin de connaître les fameuses « activités » de la station. N’importe où nous allons en vacances c’est la première chose que nous faisons.

Le personnel est accueillant, souriant et très vite j’ai pu constaté que la station Risoul avait fait un réel effort pour accueillir les familles nombreuses. Nous avons pris un pass  te donnant accès à de multiples activités et des réductions allant jusqu’à -40% sur les activités payantes. Cela permet de convenir d’un budget plus que raisonnable pour 6.

A 11h00, sur le front de neige, une présentation de tous les prestataires. Il y avait un pot d’accueil, que je n’ai même pas vu non pas car cela était noir de monde mais grâce à mes enfants si adorables… qui couinnaient pour l’achat de chaussettes (oui j’ai oublié les chaussettes dans la valise). Pourquoi la phrase « on achète QUE des chaussettes » n’ai pas compris de la même manière par tous?

Vers 11h45, chaussettes aux pieds,on remonte à l’appartement afin de s’y restaurer et là à commencer le ralage haut de gamme. Direct nous avons eu le High level ! Et ça résonne bien la montagne et Benjamin s’est fait un plaisir de partager cela avec toute la station.

Un repas ponctué de « on fait quoi cet après midi? » « On fait quoi comme activité » nous nous sommes préparés pour faire une petite randonnée afin de découvrir le domaine qui nous entoure.

Mode « enfants jamais contents » nous avons pris le départ. Plusieurs circuits de randonnée sont disponibles au départ de la station. Marcheurs confirmés, familles poussettes, débutants tout le monde y trouve son bonheur. La seule réelle difficulté reste de motiver la troupe des 4 gars et franchement cela a été très difficile.

Après 2 heures de marche, une piqûre de guêpe pour Evan, je n’en pouvais plus de les entendre se plaindre. La marche, c’est nul. La marche, ça fait mal aux pieds. Nous avons passé notre temps à trouver des trucs et astuces pour les faire avancer…. autant te dire que la notion de repos en vacances était loin mais très loin!

Cependant, je fus surprise de la flore si riche, si jolie, si magique. Un vrai bol d’air pour les poumons et un tableau parfait pour nos yeux. Mes enfants ne l’ont pas vraiment vu ainsi mais je ne désespère pas il nous reste 5 jours pour leur en faire prendre conscience.

Nous avons fini par la descente en luge. Un circuit de luge sur rail accessible dès 3 ans. C’est juste GÉNIALISSIME !!! Courageuse mais pas téméraire j’avoue j’ai freiné quelques fois alors que mes grands se sont régalés à faire monter l’adrénaline en y allant à fond!

Notre pass nous permet de faire cette activité en illimité pour enfin le plus grand plaisir de tous.

Cette journée à la limite du chaos, cette journée qui te fait demander pourquoi tu fais des vacances avec tes enfants. Cette journée où tu les as trouvé insupportables, ingrats, horribles. Je décide de retenir que ça:

– Le « ouahou » unanime face à la beauté des lieux.
– La politesse de mes enfants même s’ils sont de mauvaise humeur.
– La complicité avec mon mari qui me rassure et qui arrive à me faire relativiser.
– La joie inscrit sur leur visage après le tour de luge.
– Leur façon de s’excuser de leur attitude car ils ont vu qu’ils étaient allés trop loin.

A 20h30, on dormait tous. Fatigués de cette journée. On est parti recharger les batteries pour une nouvelle journée qui j’espère sera moins difficile et plus complice.

A Demain !

 

de

Risoul: Jour 1

Risoul. 

Les Alpes du Sud.
C’est là bas que nous avons décidé de passer nos vacances d’été 2017.

Bip. Bip. Bip le réveil résonne dans mes oreilles trop endormies et dans mon crâne endolori. J’appuie et décide de laisser se dissoudre cette migraine avant la frénésie du départ en vacances. Et puis nous n’avons que 3h15 de route ce n’est rien comparé au 1000 bornes que nous avions fait fin juillet.

8h30. Un oeil, puis deux. On va clairement décrété que l’on va prendre notre temps et que ce n’est pas grave. On va le prendre cool et puis c’est tout. Grande révolution pour moi la stressée qui s engueule avec son homme du trop plein d’angoisse qu’elle accumule. Celle qui crée des listes à rallonge pour ne rien mais rien oublier. Celle qui ne sait plus parler mais qui hurle sur chats, enfants, livres, bref sur tout.

On est laaaaarge. Chacun son rythme, la vie est bien plus cool comme ça mais quand même Risoul nous appelle et il serai temps de prendre la route.
Valise ok
Courses ok
Petsitter ok (merci ma Coco Bardot )
Plein d’essence ok
Goooo!!!

Il ne fait pas trop chaud (pour les sudistes car il faisait 27 degrés quand même). C’est important pour nous car nous n’avons pas la clim. Avec mon homme nous aimons faire découvrir à nos enfants les sensations d’antan. La clim c’est trop facile. Nous on aime les fenêtres ouvertes, le vent dans les cheveux et la cerise sur le gâteau, le chauffage à fond parceque la voiture surchauffe. Mais on ne peut pas reprocher à notre titine vintage de nous amener à bon port alors on l’excuse et on la garde.

Sur la route, nous avons eu un très gros coup de coeur pour le lac de serre ponçon. Aucun doute qu’une journée lui sera dédiée.

RISOUL!!! ENFIN!!!!
La station nous a accueilli sous le soleil, sa fraîcheur  (heu ai je pris des sweat?) Et très rapidement nous avons eu les clés de notre appartement dans la résidence Castor et Pollux.

Un appartement style « on se bouge! » Car il est assez grand pour dormir nous 6 mais trop petit pour y rester toute une journée  (ou même une demi journée d’ailleurs ). Un joli pied à terre pour se restaurer et prendre rendez vous avec Morphée au 5ieme étage vu sur la montagne.

Fatigués de la route, nous sommes allés se restaurer au centre de la station. Une bonne fondue savoyarde et hamburger pour les enfants. Comme tous bons touristes on s’est fait avoir avec les boissons et la note m’est resté de travers. Alors je garderai en souvenirs l’ambiance, la gentillesse des patrons et les rires de mes enfants.

Note à moi même: acheter une bouteille de coca à mettre dans le sac à dos, ça vaut de l’or à la montagne!

A demain, bisous de nous 

Et après la colère, la victoire!

Il y a quelques semaines je vous ai partagé un coup de gueule concernant une décision de la maison de l’autonomie pour mon fils malentendant.

Coup de gueule que tu peux retrouver ici.

Cet article a été partagé de très nombreuses fois (merci). J’ai lu des dizaines de témoignages de parents désarmés face à la lenteur ou l’incompétence des administrations qui gèrent les handicaps de nos enfants. Cela m’avait énormément remué l’estomac…

J’avais donc refait tout son dossier et l’avais transmis à nouveau à la MDA. Quelques semaines après une première lettre m’indiquant qu’il manquait 2 pièces (et attention aux pièces!)

Il manquait la photocopie d’un justificatif d’identité (au cas ou mon fils aurai changé d’identité depuis 2012 (date d’ouverture de son dossier) et un justificatif de domicile (adresse écrite PARTOUT sur son dossier). J’en rigole de nerfs et me plie à leur demande. Je renvois ces deux papiers par RAR (mon budget poste à exploser en 1 mois) et attends…

Quelques semaines plus tard, le référant de Nounou me contacte pour prendre un rendez vous pour l’équipe éducative qui clôturera son dossier et amènera une réponse (ENFIN!). Par soucis du détail, je lui demande si par le plus grand des hasards il ne manque rien à son dossier et c’est là qu’il me répond qu’il faudrait un audiogramme récent…. Heu, il comptait me le signaler quand? Heureusement que la mère incompétente que je suis lui a demandé… Bref.

Après un audiogramme en urgence nous avons attendu la fameuse réunion pédagogique.

Je ne sais pas vous mais il est compliqué pour mon cœur de mère d’entendre une fois de plus ses faiblesses, ses difficultés à être compris à l’oral à cause de sa voix « étouffée ».

La gorge se serre, on empêche de faire venir les larmes, on essaye de gérer sa respiration mais on sent que l’on a les mains moites et que l’on transpire. Un mélange de tristesse, un mélange de culpabilité. Un court instant tu regardes la situation d’en haut et tu te dis « mais pourquoi mon fils!!?? » puis tu redescends à la réalité et tu continues à te battre.

Après plus d’une heure d’échange, le référant nous informe que le dossier passera « rapidement » en commission et que la décision sera pour la rentrée de 2017…

MAIS au vu de ses bons résultats scolaires il risque d’avoir une fois de plus un refus…

Ce référant, cette personne qui s’occupe du dossier de mon enfant, cette personne là nous a dit ça devant mon fils. Mon fils était déjà envahi de peur en se retrouvant devant tant d’adultes parlant de lui alors imaginez ce qu’il a pensé quand il a compris ce qu’un refus allait entrainer…

J’étais dégoutée mais je me préparai une nouvelle fois à combattre.

Et puis 24h après, dans ma boite aux lettres se trouvait une enveloppe blanche au tampon bleu que je connais trop. La MDA!

Je la tenais dans mes mains et n’osait l’ouvrir… Encore une demande de document (s), un refus? J’étais pétrifiée car fatiguée de ces nombreuses démarches. Et j’ai ouvert.

A ma grande surprise, le dossier de Nounou était déjà passé en commission le 7 mars soit une semaine avant l’équipe pédagogique. Et ils ont statué.

AVS: Accord jusqu’en juillet 2019

Micro HF: Accord jusqu’en juillet 2019

Equipe spécialisée pour enfants mal entendants : Accord jusqu’en mars 2019

TOUT EST ACCEPTE!!!!!!!!

Le combat est terminé, oui le combat administratif est fini!

Le référant n’était même pas au courant que c’était bon! Heureusement qu’il suit de près les dossiers des enfants qu’il a sa charge…. Mais je m’en fous car c’est la victoire qui compte désormais.

Cette nouvelle épreuve m’a prouvé qu’il ne faut rien lâcher, qu’il ne faut jamais baisser les bras. En tant que parents nous avons les ressources pour la force des combats pour nos enfants.

J’en ai pleuré à en avoir la migraine, je sautille encore et je ne suis pas prête de m’arrêter. J’ai le cœur qui bat la chamade et je suis si heureuse pour lui, mon amour, mon fils, ma vie ❤

Merci de vos soutiens, merci pour vos mots, merci pour cette victoire!

Candice, maman d’un enfant différent qui va pouvoir s’épanouir sereinement

Oui moi aussi j’aimais la lumière du couloir 

23h20 je pars me coucher.

Je fais doucement dans l’escalier pour que le bois des marches  ne craquent pas trop sous mes pieds.

J’allume la lumière de mon portable afin de les voir. De les savoir bien pour dormir est une chose vitale c’est viscérale et je pense que ce sera une routine difficile a mettre de côté lorsqu’ils quitteront le nid.

Pour l’instant j’en profite ils sont encore petits c’est juste un constat une projection dans l’avenir comme celle de la période de l’adolescence où tu te rends compte que tu vas la vivre pendant 15 ans de ta vie! (15 ans bordel!) Bon là je m’ eparpille et vous vous demandez sûrement pourquoi ce titre?! Bon revenons à nos moutons heu de nos lumières.

Donc après avoir fait mon petit tour je m’en vais enfin me coucher. Et d’habitude je baisse la lumière des WC qui se trouve juste en face de la chambre de petit spizou car je la trouve trop forte. Mais j’ai toujours cette  appréhension  (cette horrible terreur plutôt car dans moins de 5 secondes je vais entrer enfin dans ma chambre et me plongeait dans le lit. Mais si par malheur il se réveille, je sais que je ne retrouverai pas mon lit avant un loooooong moment) (cette parenthèse était beaucoup trop longue) (pardon)

Mais là ce soir alors que j’allais baisser la lumière j’ai eu ce souvenir d’enfance qui me rappelait que moi aussi petite la lumière dans le couloir était mon réconfort avec mon « petit coton ». J’ai eu un souvenir d’enfance, un souvenir d’un sentiment d’apaisement de bonheur.

Alors finalement je n’ai pas baissé la lumière et je sais qu’il ne se réveillera pas car il sera bien comme ça maman l’était à son âge.
C’était juste magique et c’est sur ce doux souvenirs que je m’en vais dans les bras de Morphee
Bonne nuit les copains
Candice