Les vacances…

Certains diront que ça passe trop vite d’autres diront enfin. Ici j’ai ce mélange de sentiments qui me rappelle qu’être une maman à la maison est loin d’être de tout repos.

un mois de juillet compliqué. Nous ne savions pas si nous allions partir. D’abord pour une question de budget, l’année fut difficile et mettre un pécule de côté impossible… Le retour au travail de mon homme s’est fait tardivement et depuis un moment nous vivons à découvert dès les premiers jours des mois. 

Puis il y a eu la voiture qui nous a fait des siennes… Heureusement que mon homme est mécano et qu’il a pu la remettre d’aplomb car des frais de garagiste auraient fini de nous enfoncer.

Mais cette panne nous a obligé à rester chez nous et je fus contente d’habiter dans un cadre agréable où les enfants pouvaient jouer dehors.

je remercie Pokémon Go qui a permis d’aller chercher quelques fois le petit dernier chez la nounou à pied sans trop râler… 

Un mois de juillet un peu dur pour le moral mais qui est passé sans trop de pertes et fracas. 

agrémenté de moments entre amis, de fou rire et d’apéro de bonne heure.

Le mois d’août a sonné pour nous annoncer que oui nous allions partir en vacances dans notre sud, notre Provence! Avec effervescence valises et sac à dos se sont bouclés très rapidement!! 

Les enfants savaient que la route allait être longue mais on s’en fichait, on partait en vacances et c’était bien le principal!

1000 km avec 4 loustics, un chat, des activités et des dvd plus tard nous sommes enfin arrivés. Mon coeur rempli d’émotions de retrouver tout ce que je connaissais déjà. Les noms des villages, les raccourcis, les odeurs rien n’avait changé ou presque. Finalement deux ans s’est passé vite. 

Bébé Spizou a rencontré tout notre petit monde et a entendu les cigales. Il a eu chaud et s’est rempli de glaces et de souvenirs de piscine.

Nous nous sommes régalé de melons, pêches, tomates, pastèques et autres mets ensoleillés qui manquent un peu avouons le en Breizh.

Retrouver la famille et les amis, prendre du temps ensemble. Jouer les touristes, flâner sur les marchés, aller à la mer ou à la rivière, un programme parfait pour revenir à la routine.

Ce ne fut pas des vacances reposantes mais remplies et c’est bien ça le principal.

Nous sommes rentrés sous la canicule et sans climatisation. .. Un voyage long et périlleux mais nous étions très heureux de retrouver notre chez nous.

Nous avons pu se rendre compte que nous sommes bien ici. Que cette région répond aux bien être de nos enfants. 

La rentrée s’est préparé un peu à la va vite mais quel importance… Même si tout n’est pas parfait cela n’est pas grave face aux sourires de mes petits hommes. 

Les vacances sont finies et elles furent jolies. Ce matin mes minots ont pris le chemin du collège et de l’école avec joie. je vais faire de même en me remettant dans les révisions pour les concours en espérant que cette année soit la bonne!!

je reviens vite pour vous raconter nos balades et visites!

Bonne rentrée à tous ❤

spizmum

Maman passe un concours

FB_IMG_1455611237889

Cela fait depuis longtemps que je ne suis pas passée par là mais la raison se résume en une seule phrase

Maman passe un concours…

Lorsque j’ai pris cette décision en aout dernier je ne pensais pas à quel point cela allait avoir un impact sur les différents plans de ma vie.

Personnel déjà

C’est une décision que j’ai prise, un objectif à atteindre, un besoin de faire ce que j’aime. C’était aussi me remettre en question sur mes capacités, sur mon attitude face à ce nouveau statut. Faire face aux multiples difficultés…

Ma première difficulté fut de me rendre compte de l’ampleur du travail… Au départ j’étais utopique et je pensais qu’avec 4h par jour 5 jours par semaine cela suffirait amplement pour y arriver…. Heuuuu clairement je me mettais de belles œillères !! Car au bout du compte avec 6 à 8h par jours SANS journée off je n’ai clairement pas cette impression d’être « à l’aise ».

Travailler SEULE! S’auto-gérer, se motiver, s’acharner, accepter de ne pas y arriver et essayer encore… Ça a été un véritable travail sur moi même. Les cours du CNED sont très bien fait mais ils demandent beaucoup de rigueur, de recherches et je me suis vite rendue compte que mes années d’étude étaient bien loin dans ma mémoire. Retrouver des réflexes, apprendre, réinvestir ses compétences, autant de challenges à relever jours après jours.

Se faire confiance! Oui c’est une des clés pour passer un concours tel que celui de professeur des écoles. Tu as en concurrence des requins, de vrais concouristes! Personne ne te laissera sa place alors il faut se faire assez confiance pour se dire que OUI tu peux y arriver. Se dire qu’on est capable de le faire mais il est important de savoir que c’est un combat pour toucher son rêve et que le monde des bisounours n’existe pas. Avoir confiance en son travail, non personne n’aura ce concours sur un malentendu ou « au petit bonheur la chance » on est trop nombreux, ils ne prendront que les meilleurs surtout dans mon académie réputée être une des plus difficile d’accès….

Se préparer à l’échec car oui c’est une possibilité et après des mois de travail il faut savoir l’envisager et être prête à recommencer car ne jamais l’oublier que c’est ce que je veux faire et que j’y arriverai.

Passer un tel concours m’a changé! J’ai acquis énormément de connaissances. Je me suis remise beaucoup en question sur ma façon de penser, de réagir, d’être. Certaines  valeurs ont tout d’un coup pris des définitions précises et j’ai donné de réelles limites. Je sais ce que je veux, ce que j’aime mais aussi ce que je trouve intolérable, injuste, faux, hypocrite. Je suis devenue tranchante sur mes opinions à force de m’informer, de rechercher, j’ai beaucoup de mal à accepter le « à peu près ». J’arrive désormais à voir les points positifs (ceux que j’ai toujours vu) mais surtout je me suis enfin réveillée sur les points négatifs, les dangers, les fourberies… notamment sur les échanges internet et des belles vitrines qu’offrent certains blogs, certains forums, toutes plateformes pouvant te donner des « réponses » à tes recherches. Je prenais exemple sur des personnes en les admirant, en les portant dans mon cœur et finalement j’étais juste derrière une belle façade car la réalité est tout autre et bien évidemment celle ci il ne faut surtout pas en parler.

Devenir professeur des écoles c’est d’avoir la responsabilité d’enfants et tu te dois d’être vrai, tu te dois d’être clair et honnête sur qui tu es car on ne s’amuse pas avec des enfants (ni avec des adultes d’ailleurs à mon sens). Il faut savoir aimer et s’aimer car il est difficile de transmettre, de partager si ce sentiment n’existe pas.

Cette année de travail m’a montré que je ne pouvais pas perdre de temps. Car le temps est précieux et il faut savoir l’utiliser à bon escient. Et j’ai pris du temps pour ma famille, j’ai pris du temps pour mes amis, désormais je sais ce qui en vaut la peine ou non.

Sur le plan familial

Maman passe un concours

Au départ les enfants ont pris ça comme un jeu ou quelque chose qui n’allait pas durer que de toute manière si maman décidait d’être maitresse c’est qu’elle allait le devenir …vite (ils sont choux ses petits). Mais petit à petit ils m’ont vu m’enfermer de très longues heures dans mon bureau, ils m’ont vu râler, craquer, et pester sur des maths, du français … Ils ont commencé à prendre la notion de temps et que quand j’arrêtais et que j’étais avec eux c’était à 100%. Ils ont vu que je profitais de nos moments comme s’ils avaient compris que c’était ma bouteille d’oxygène. Bébé Spizou s’est adapté à être chez « tata » pour que maman travaille. Un nouveau rythme s’est enclenché que l’on a apprivoisé mais qui a connu tout de même de beaux tsunamis.

Et oui car la vie est son flot (son fléau) de problèmes n’allait pas s’arrêter et il a fallu gérer! Aucun enfant rentre dans la norme et les miens ne dérogent pas à la règle… Dans « Maman passe un concours » il y a bien le mot maman et tout ce que ça représente. Cette année il a fallu gérer les soucis médicaux, psychologiques, scolaires… Ne jamais remettre cela à plus tard car plus que jamais je le sais le temps est précieux! Tu te rends compte que ton enfant a une difficulté un soucis tu te dois en tant que mère de retrousser tes manches et t’en occuper MAINTENANT! Non ça ne passera pas tout seul, non ils ne sont pas assez grand pour y arriver de façon autonome tu dois le faire et laisser tout autre activité de côté, même si tu as une dead line ce n’est pas grave. Tu es maman, tu es responsable, tu es responsable d’eux et de ce qu’ils vont devenir.

Mes moments passés avec eux sont devenus des moments de qualité. Car en apprenant, en m’informant, j’ai appris à changer mon propre comportement. Rien n’est parfait aujourd’hui car oui ils jouent trop aux jeux vidéos, oui ils ne se couchent pas forcément à heure fixe, oui ils poussent les limites mais ils savent pertinemment qu’ils sont ma priorité et qu’ils peuvent me faire confiance.

Mes enfants sont fiers de moi. Par mon comportement ils savent ce que c’est l’effort qui récompense, ils savent que quand on est adulte il faut donner le meilleur de soi même pour y arriver. J’ai appris à demander pardon pour mes actes manqués, mes maladresses, mes moments d’inattention et nous avons avancé.

J’ai changé sur bien d’autres plans de ma vie mais cela reste mon expérience. Si tu décides en tant que maman de passer ce concours prend cet article pour ce qu’il est : MON EXPERIENCE. Tu le vivras surement différemment, tu trouveras certaines similitudes (comme la notion de beaucoup travailler à moins que tu sois la science infuse) mais cela reste un écrit d’expérience.

La seule chose que je pourrai vraiment te conseiller c’est d’avoir confiance en toi, de croire en toi.

Bon je retourne travailler car le 12 mai j’aurai la réponse qui me dira si oui ou non je suis admissible pour passer les oraux et que je n’ai pas envie d’attendre cette date pour m’y mettre. Je veux croire que oui j’irai et si je n’y vais pas… je recommencerai encore et encore.

Bonnes journée à tous

Spizmum

 

 

Mister Kiff la Tétouille #allaitement

AVERTISSEMENT!

OUI cet article parle d’allaitement long. Je te parle de MON expérience et mon avis. MERCI de passer ton chemin si ton seul but est de juger.
image

L’allaitement…

J’ai toujours été pour l’allaitement. Je ne suis même jamais posée la question sur ce choix. Mais je me suis toujours dit qu’il valait mieux nourrir son enfant au biberon que de vivre mal son allaitement car pour moi l’allaitement est un réel investissement de soi.

Pour la durée, elle fut defini avec mes précédents par mon état de santé. En gros, dès que je devais rependre les traitements pour la maladie de Crohn je les sevrais (non sans mal) et les passais au biberon.

Ce qui donna 6 mois d’allaitement pour grand Spizou. J’étais déjà tres fiere d’avoir tenu jusque là mais j’étais soulagée et sereine d’arrêter.

Pour Nounou Spizou, je n’ai pu le faire que deux mois mais deux mois de galère vu sa prématurité… 20 min pour la mise au sein, 30 minutes pour « vider » celui ci, coliques, endormissement express de 10/15 min et rebelotte… Quand il a enfin accepté le biberon je me suis sentie telle la reine des neiges (je t’epargne la chanson mais je suis certaine que tu la connais et qu’elle est désormais dans ta tete hihi).

Pour Grabouillon Spizou, tout était parfait. L’allaitement se passait à merveille mais ma crise fut fulgurante … Ma dernière tétee apres 4 mois est un souvenir douloureux…. 6h du matin, je sors mon bébé de son sommeil pour lui donner pour la dernière fois avant d’aller à l’hôpital… Mes larmes ont bien plus coulés que mon lait… Mais je devais me soigner pour moi mais surtout pour eux car avoir une maman en forme était essentielle.

Mon lait parlons en. Jai toujours mais toujours été une vache à lait. Je crois limite que j’ai été conditionnée pour nourrir 2 voir 3 bébés en même temps (Dieu merci je n’ai pas eu ce « privilège »). J’ai donc tout naturellement donné mon lait quand j’ai eu grand spizou mais je n’ai pas renouvelé l’expérience (lactarium trop éloigné, manque de temps…bref)

Et pour bébé spizou?

J’étais partie sur ce même principe. J’arrêterai quand je ferai une crise de Crohn….. Je m’étais dit au pire à ses deux mois au mieux à ses 6. En discutant avec ma meilleure amie je lui disais que de toute manière je ne me voyais pas allaiter au dela de 7 mois puis 12 puis 15, 18, 20? J’étais protégée par la préconisation de l’OMS jusqu’aux 2 ans de bébé spizou mais là?

25 mois d’allaitement…. Je n’en reviens même pas moi même pour tout te dire. Et je trouve toujours ce geste aussi naturel. Dingue?

image

L’une des questions que l’on me pose en premier lieu c’est combien de temps vais je l’allaiter?

Écoute, ce que je sais c’est que je suis plus proche de la fin que du début (c’est déjà une bonne indication) et non je ne l’allaiterai pas jusqu’à ses 15 ans (quoique…JE DECONNE!!!!!). Bébé Spizou parle de plus en plus et surtout il nous comprend tres bien. Doucement je lui dit qu’il devient grand et que bientôt il va aller à l’école comme ses GRANDS frères. Je le prépare petit à petit à l’arrêt de la tétée.

Il faut quand meme avouer qu’à partir d’un certain âge tu ne peux plus stopper net ou ça serai clairement l’enfer! Cet âge est différent pour chaque enfant.

Je crois que la rentrée à l’école est MA limite. Je considère l’allaitement comme un consentement mutuel. On arrêtera peut être cette aventure avant mais en tous cas je suis prête et petit à petit il me montre que lui aussi en tétant de moins en moins.

On me demande aussi si je l’allaite à la demande? Oui je l’allaite à la demande. Rassure toi il n’est pas collé à ma poitrine H24 mais quand il est malade, ou triste, ou je ne sais pas moi, il est dans un état qu’il fait qu’il a besoin de téter je réponds à son besoin.

Et à 25 mois d’allaitement tu as toujours du lait? Je vais te raconter une anecdote. J’ai eu la chance de m’absenter de la maison le temps d’un week end fin novembre et ce qui m’a réveillé de bon matin alors que je pouvais pour une fois faire la grasse matinée fut… mes boobs énormes et douloureux!!!!! Meme après une douche chaude, même apres avoir « vidé », j’avais toujours autant de lait… Et puis si je n’avais plus de lait, crois tu que j’allaiterai encore???!!!!!!

Il est vrai que pour éviter remarques et regards accusateurs j’allaite rarement en public. Ca me gonfle de devoir me justifier. Ca me blesse même que l’on puisse porter un jugement sans connaitre le bien fondé de l’allaitement. Mais c’est dans l’air du temps de l’ouvrir et de dire « beurk », « ce n’est pas bien » et le pire « c’est à la limite de l’inceste ». Cette dernière me fait littéralement vomir. Quand tu ne connais pas la personne que tu juges il vaut mieux se taire que de salir cet acte si beau!

Des fois j’en ai quand même marre… j’aimerai qu’il soit prêt là tout de suite car l’allaitement ça fatigue. Et puis je suis un peu prisonnière dans mon costume de « mère parfaite » car en donnant mon lait tu t’imagines bien que je ne peux pas faire d’excès trop important, faire la fiesta jusqu’au bout de la nuit… Quand je suis malade à part le doliprane et quelques rares médocs je ne peux rien prendre….

En gros c’est vraiment un choix l’allaitement long, avec ses avantages et ses inconvénients…

Après je ne trouve pas que ma poitrine est plus abîmée qu’avant. Ils ne sont ni plus gros (enfin si un peu) ni plus tombants. Je ne pense pas que c’est l’allaitement qui change ta poitrine mais plutôt le fait que tu murisses.

Quand nous ne sommes pas chez nous ou que nous avons du monde, je prends ma couverture mille feuilles de Babilol qui sert à la fois de doudou et de cache néné. Mon fils l’adore et il dort avec. Il a compris maintenant que je ne pouvais pas être en topless non stop !
image

image

Je pense sincèrement que les gens devraient arrêter de juger sans cesse. Je pense qu’ils devraient s’informer. Ce n’est pas parce que tu allaites, que tu portes, que tu cododotes que tu es une bobo….

Arrêtons de mettre les gens dans des cases et essayons plutôt de les connaître pour ce qu’ils sont!

Si on me demande des conseils sur l’allaitement j’y répondrai mais je suis loin d’avoir la science infuse! Et oui même après 38 mois d’allaitement je ne me considère vraiment pas comme une experte en la matière 😉

Faites comme bon vous semble c’est comme cela que vous le vivrez le mieux !

Cand, Spizmum

Une quinte de toux

IMG_4491

Hier soir je suis allée me coucher (normal tu vas me dire je ne vais pas rester réveiller toute la nuit je ne suis pas un vampire !).

La seule différence c’est que ce n’est pas les bras de Morphée qui m’appelaient mais la toux incessante de bébé Spizou.
Je l’entendais dans le babyphone, elle venait par vague sans pour autant réveiller mon tout petit.
Mais l‘inquiétude d’une maman, ce sentiment qui n’avait jamais existé avant que je donne la vie m’a submergé.
J’avais ce besoin incontrôlable d’être là, près de celui qui me comble de bonheur, pour le soutenir dans sa difficulté respiratoire.
L’entendre respirer, les entendre respirer car oui il n’y a pas un soir où je ne vérifie pas avant de me coucher si mes enfants ont bien ce souffle chaud qui sort de leur tout petit nez et ça fait 10 ans que je fais cela …déjà !
Hier, j’ai senti au plus profond de moi qu’il avait des difficultés à exécuter cette manipulation innée à cause des ses quintes de toux.
Je me suis préparé à la hâte, je suis montée, j’ai vite remis une couette pour Nounou Spizou, fait un bisou à mon Grabouillon qui avait l’air d’avoir un sommeil agité, caressé les cheveux de Grand Spizou qui n’est pas si grand que ça. Je me suis engouffrée dans ma chambre où la douleur d’une gorge enflammée se faisait trop entendre.
J’ai été cette maman qui apprécie de retrouver son lit seule depuis que le coin dodo de bébé Spizou a été mis en place mais hier je n’ai pu le laisser et je l’ai pris contre moi.
La douceur de ses petites mains m’agrippant m’a fait comprendre qu’une fois de plus il est important de s’écouter car il était serein que je sois auprès de lui.
Je savais aussi que la nuit allait être agitée, sûrement courte mais je m’en foutais car j’étais exactement à ma place!
Oui être maman n’a rien de facile, oui être maman c’est fatiguant, oui être maman peut s’apparenter à un sacrifice et alors?
Je préfère être aujourd’hui cernée, sur les rotules mais je ne perdrai jamais ma motivation d’être leur maman.
Une quinte de toux qui finalement m’a apaisé car je suis celle que je veux être, j’ai cette chance infinie de pouvoir respirer mes enfants. J’ai cette chance de les soutenir, de les encourager, de jouer avec eux, de les soigner, de les aimer plus que tout au monde.
Bébé Spizou a dormi toute la nuit contre moi. A presque 2 ans c’est souvent encore le cas et ça ne dérange pas. Si le besoin est là, j’y réponds c’est tout!
Quatre enfants c’est beaucoup mais je les ai et j’assume. Je ne suis pas une wondermum je fais ce qui a à faire point barre.
Mes journées sont bien de 24h et c’est jour comme nuit qu’il faut être présente.
J’ai passé une nuit avec une quinte de toux qui m’a transformé en crocodile en ne dormant que d’un œil.
A 6h c’était pump et lup! Bébé Spizou s’était assez reposé. Avec le sourire, les câlins j’ai recommencé une journée de routines avec la préparation du pti dej pour mes grands, les réveiller dans le calme, les écouter raconter leur nuit, rire avec eux de bêtises. Je me suis préparée vite fait pour ne pas avoir l’air d’une mère fatiguée, creuvée car tout le monde s’en fout et je n’aime pas cette image de moi. Gérer la crise de Grabouillon qui ne veut pas aller à l’école, faire la course finalement avec lui  pour arriver à l’arrêt de bus. Amener bébé Spizou chez sa nounou pour qu’il puisse jouer et vivre à son rythme pour me plonger dans mes cours et arriver à mettre une croix sur chaque tâche que je dois accomplir avant leur retour.
Ménage, lessive, courses, ortho, médecin, gouter, devoirs, douche, bain, repas… Une liste qui te paraît interminable et pourtant si normal pour moi car j’ai choisi cette vie! J’ai choisi d’avoir une grande famille, j’ai choisi de vivre à 100 à l’heure.
Si ce soir madame quinte de toux décide de revenir je n’aurai pas de pause. Et ne te dis pas la pauvre car je suis riche, je suis même millionnaire de ce que m’apporte tous les jours mes petits moi, mes petits lui. Car oui c’est avec Spizdad que je vis ce grand chamboulement quotidien. Un père, un mari, un ami et bien plus. Il me soutient à sa manière, ne me facilite pas souvent les choses mais il est là et je ne pourrai pas faire sans lui.
Mon bonheur c’est eux, ma tribu, mes Spizman.

Cand, Spizmum

Trois ans de vie commune avec madame surdité #lettreouverte

20140708-090153-32513779.jpg

Chère surdité 

Je ne sais pas par quoi commencer tellement j’ai de chose à te dire.

Tu es arrivée dans ma vie sans crier gare.

Je ne te connaissais pas.

Avec humour je peux dire que j’entendais beaucoup parler de toi. Tu t’es inscrite dans ma vie bien remplie par le biais le plus in sinueux en touchant mon enfant, ma chair.

3% de risques à chaque grossesse et tu nous as choisi, tu l’as choisi en t’encrant dans son identité…

Nos premiers temps ensemble, je t’ai vécu comme une révolte! Chaque début d’histoire commence toujours par des sentiments extrême ce fut le cas avec toi.

J’ai cru que tu voulais la guerre et finalement c’est en acceptant que j’en ai vécu la victoire.

« Il deviendra sourd profond madame ».

Pourquoi voulais tu me voler le son de mes « je t’aime mon enfant »?

Tristesse, culpabilité, découragement tant de sentiments sont venus tel un tsunami me submerger.

Trois ans et finalement…

Finalement je t’ai accepté, je t’ai même trouvé des avantages! 

Tu es bien plus qu’un mariage car avec toi je sais tu ne nous quitteras jamais, on cohabitera d’une manière ou d’une autre ensemble.

Tu es forte! Tu m’as fait me remettre en question. Tu m’as fait cogiter mais face à toi je n’ai jamais baisser les bras!

Au contraire même j’ai levé les mains bien haut pour t’applaudir. J’ai appris à utiliser mon corps pour donner de la voix. 

Et au bout du compte je t’aime bien. Oui je t’aime car tu m’as prouvé que les paroles c’est bien mais les gestes c’est mieux.

Je t’aime car aujourd’hui je n’imaginerai jamais mon fils sans toi qu’il est parfait ainsi. En lui, face à lui je ne peux que montrer le meilleur de moi même.

Bien évidemment tu nous joues des tours et l’on doit essayer de te gérer. Mon enfant est tout sauf dans un monde de silence. Il vit dans son bruit à lui, dans son bruit à nous.

Ma chère surdité, que j’ai apprivoisé, merci de cet être merveilleux  dont j’ai l’immense chance d’être sa maman. 

Je continuerai à t’observer, à t’étudier, à te comprendre. Aujourd’hui je ne suis plus triste, je ne souffre plus à cause de toi. 

Alors joyeux 3 ans même s’il est vrai que j’aurai aimé que tu manifestes ta présence avant et non pas à lauré de ses 5 ans. Bref je ne t’en veux pas après tout, c’est comme ça, c’est la vie comme dirait les anciens 😉

Bises

Spizmum

Je vous présente Evan dont je suis la mère fière, apaisée et engagée

IMG_3760

Evan

Voilà mon Nounou Spizou s’appelle Evan. Il a bientôt 8 ans. Cela fait un peu plus de trois ans que nous avons appris sa surdité.

Evan. C’est mon fils, mon petit qui ne savait pas parler il y a trois ans et s’exprime comme un grand aujourd’hui.

Car il se bat pour oraliser,  se faire comprendre.

Il va deux fois par semaine chez l’orthophoniste, loupe une récréation pour rattraper ce qu’il a manqué pendant ces séances, met plus de temps à faire ses devoirs le soir…

Evan. Mon minot a qui l’on doit interdire certains sports alors que ses trois meilleurs potes s’y sont inscrits. Le passionné de l’extrême alors que nous devons lui inculquer le « faire attention » car chaque coup, chaque choc peuvent altérer son audition.

Evan. Mon amoureux des trains. Il a appris à lire sur des encyclopédies de machine à vapeur. A chaque noël il souhaite le nouveau train Lego. Et il dois vivre en sachant qu’il ne pourra jamais conduire son rêve car il a cet handicap… Mais il s’en fout il travaillera dans les trains c’est certain d’une manière ou d’une autre. C’est mon fils, mon déterminé.

C’est à lui, à mon nounou que la maison de l’handicap a refusé son micro HF et une aide spécifique directement à son école. C’est vrai le micro HF est facturé plus de 1500e … C’est vrai l’équipe devra faire une heure de route pour aller jusqu’à son école…

A l’heure où la priorité de l’éducation national est de prôner l’égalité des chances, de faire tout pour intégrer chaque enfant, de permettre l’autonomie à des enfants handicapés par le biais d’appareils et d’aides pédagogiques …

Je me demande réellement si avant de regarder combien cela allait leur coûter ils ont pris en compte le besoin de mon fils…

Surtout qu’avant de recevoir la notification de refus, Evan me faisait la confidence qu’il n’entendait plus à gauche. Me remettant face à une réalité : sa surdité peut évoluer  à tous moments.

Cette fois ci je serai apaisée car ce n’est « juste » qu’une otite. Une de plus mais que nous arrivons à gérer. En tout cas nous arrivons à mieux la gérer par rapport à une perte franche d’audition qui nous mettra face à cette fameuse décision de l’implantation cochléaire.

Je leur ai écrit, je refuse à mon tour leur décision qui n’a aucun sens! J’ai écrit avec mon cœur de maman. Je suis sa confidente et j’ai avoué sur le papier ses secrets, ses craintes, ses « je n’y arrive pas quand il y a trop de bruits différents », ses « quand est ce que je serai réparé des oreilles ».

Leur réponse ? Une vulgaire liste de nouveaux papiers à fournir pour ré-étudier le dossier…

Mon fils n’est il vraiment qu’un vulgaire numéro de dossier? Mérite t il un tel traitement quand on voit comment il se bat tous les jours pour arriver à être comme tout le monde?

Mais qu’il n’ai crainte, je suis une mère engagé et je vais me battre pour lui, encore et encore! L’orl est prête à m’aider car même elle ne comprend pas leur décision … Elle va écrire une lettre expliquant qu’on ne parle pas de cout mais bien du bien être d’un enfant de presque 8 ans qui a le droit qu’on l’aide pour être comme ses copains.

Nous sommes des battants, nous sommes des combattants!

Evan est un super héros, c’est mon super héros, c’est mon Spizman!

Spizmum

Une sortie qui se passe bien c’est un sac bien préparé #liste 

photo 5
Mon Sac Glitter de Babymoov Idéal pour tout mettre
Ce que je mets dans mon sac lorsque j’amène ma tribu en balade est essentiel pour préparer une sortie sans encombre.
Cela fait bien longtemps que j’ai dit adieu à l’insouciance de partir à l’arrache quelque part…

Avec mes minots forcément tu te dois d’emporter un certain nombre de choses essentielles pour répondre à toute sorte d’imprévus 😉

Voici donc ce que j’essaye de ne jamais oublier dans mon sac.
Pour bébé Spizou qui n’est pas encore propre je me dois de prévoir 

– 3 ou 4 couches 

– des lingettes (qui serviront aussi aux grands si ils se salissent le visage)

– de la crème cul cul car je sais à quel point un début d’irritation peut se finir par un cul volcanique en une heure ou deux.

– un biberon d’eau pour pouvoir répondre à sa soif lorsqu’il fait trop chaud ou qu’il a fini de manger.

– un rechange en cas d’accident ou parce qu’il a trop joué avec son biberon et qu’il est trempé …

Pour tous les minots

– un paquet de gâteaux car mes hommes ont souvent faims dans la voiture et je déteste les entendre gindre …

– les casquettes et chapeau. D’ailleurs je devrai en acheter plusieurs car ils les posent partout et je galère à les retrouver.

– la crème solaire car la Bretagne ça cogne et le coup de soleil peut vite arriver même si mes minots ont des peaux assez mat (hormis grand Spizou qui est blanc comme un cachet d’aspirine! )

– une bouteille d’eau qui bien sur ne suffira pas et qu’ils se disputeront les dernières gouttes….

– des sucettes. Oui les bonbons ce n’est pas bien je sais mais une bouche pleine est une bouche silencieuse et mes oreilles apprécies crois moi!
Pour toute la famille

Une trousse à pharmacie avec

– un spray antiseptique. Perso je prends de la biseptine le tube n’est pas trop imposant et ça ne pique pas trop.

– des pansements (beaucoup de pansements et de toutes tailles !) je ne m’attarde pas sur les motifs mais plutôt sur leur résistance à l’eau. En pharmacie le pack de 60 à 3,80 euros me va parfaitement.

– des compresses ou du coton car les mouchoirs ce n’est vraiment pas top pour nettoyer les plaies pleines de cailloux ou de sable.

– un gel d’arnica le notre est celui de phytonorm de chez mamannaturelle. Il sent bon, le bouchon est ultra pratique et ne colle pas.

photo 1(3) photo 2(3) photo 3(1)

– de l’arnica en version bille

– du doliprane (pour maman qui a mal à la tête à force de compter les minots toute les 30 secondes…) en version orodispersible. Oui c’est vrai ce n’est pas remboursé par la sécu mais franchement c’est vraiment super pratique alors tant pis.

– des piles de rechanges pour les appareils auditifs. Il n’y a rien de plus terrible pour nounou de se retrouvait dans le silence d’un coup…

– des cotons tiges d’eosine de la marque repère de chez Leclerc. Je ne m’en sépare quasi jamais! Fini d’avoir les doigts rouges avec les gens qui te demandent en voyant tes mains « c’est lequel qui s’est fait mal??? »

photo 4(1)

– du coalgan! Je ne connaissais pas avant quelques semaines et ça m’a sauvé la vie (merci à ma voisine pour le tuyau!)! Mes minots sont de très grands adeptes de saignements de nez … Pas une sortie sans « maman je saigneeeeeuh ». Fini la galère du coton! Une mèche de coalgan et tout s’arrête!
Évidemment je ne suis pas parfaite et j’oublie de temps en temps quelques trucs … Tu peux en être certain ce sera le truc que j’aurai forcément le plus besoin!!! Alors imagine mon stress avant d’embarquer dans la voiture ^^
Et toi tu es comme moi tu as ta liste fétiche?
Cand, spizmum

40,1° de fièvre

La semaine dernière ne fut pas de tout repos car les microbes sont venus nous rendre visite.

Franchement ils auraient pu éviter car nous avons reçu les parents de Spizdad que nous n’avions pas vu depuis presqu’un an!

Après une balade très sympa à Lagacily avec son expo photo en plein air Nounou Spizou n’arrêtait pas de se plaindre de maux de tête. Avec le monde, le bruit, la marche, ses appareillages et son passé migraineux pour moi l’explication était donné.

IMG_3716 IMG_3717

Arriver à la maison il se plaint toujours de maux de tête mais près de la nuque (l’angoisse monte!). Prise de température qui s’est avérée trop haute, nous avons décidé de dormir près de lui pour une surveillance accrue.

Une nuit sans trop d’encombres plus tard dès qu’il a mis le pied par terre vomissement.

Ni une ni deux en mode « en pyj moi ça » je décide de le mener aux urgences accompagnée par beau papa Spizou.

Ça trotte, ça fuse dans ma tête…

Non je refuse de me dire que c’est la méningite et je roule en mode robot jusqu’à l’hôpital qui se trouve à près de 50km de la maison.

Sur place je le conduis directement dans le service (les papiers ça attendra et puis avec nounou on s’est quand on arrive mais pas quand on sort donc bon…)

Il passe une batterie de test pour vérifier son état général et on écarte cette saloperie OUF! Mais il vomit et la fièvre monte ainsi que ses douleurs migraineuses malgré les anti douleurs…

En fin d’après midi on passe à un traitement un peu plus fort qui fonctionnera tellement bien que des que nous sommes sortis de l’hosto il n’aura quasiment plus rien…

Avec nounou les frayeurs sont courantes, j’accuse le coup et je suis heureuse de retrouver mes pénates avec ma tribu.

Bébé Spizou était resté avec Spizdad et belle maman Spizou. Ça n’arrive jamais d’être autant séparé de moi et c’est avec de gros câlins qu’il m’accueille…

Oui mais il est chaud … Très chaud … 39,7! Mon cœur de maman s’emballe! Il n’a pas d’autre symptômes et il est joyeux.

Mon absence?

Un coup de froid?

Un coup de chaud?

Le lendemain nous avions décidé de faire une balade bucolique dans les lieux magiques de broceliande. Sur mon dos en PhysioCarrier de jpmbb il ne disait rien et avait l’air très paisible… On s’arrête manger une galette saucisse mais je m’inquiète car il est chaud… Bouillant même!
Nous rentrons sans détour et là ma respiration s’arrête, mes larmes montent,

il a 40,1!

Bébé Spizou quasiment jamais malade depuis sa naissance, mon bébé sourire, mon bébé bonheur a 40,1!

Et moi qui l’ai trimballé de partout aujourd’hui …

Je culpabilise à mort, je m’en veux, je suis inquiète et touchée dans ma bienveillance….

Le lendemain matin direction le médecin qui lui fera une ordonnance avec antibiotique car il a attrapé une laryngite sur infectée!

Tout ça pour dire que l’on ne s’habitue jamais à voir son enfant malade.

La première forte température te fait toujours tressaillir de terreur.

Que tu te remets sans cesse en question sur le fait de prendre soin comme il faut de tes petits…

J’en ai quatre et ce jour la je me suis sentie en mode badmother.

J’en ai quatre mais ce jour la restera graver dans ma mémoire comme celui où pour la première fois le cerveau de mon bébé a bouillonné …

photo(44)

Cand, spizmum

Taximum it´s me le mardi et le jeudi

  
Avoir des enfants avec une différence implique forcément un suivi auprès de professionnels et ça fait bientôt 3 ans et demi que je joue le rôle de taximum pour mes minots. 

Depuis 17 mois maintenant je trimballe bébé Spizou dans ces périples et il ne connaît que trop bien ces salles d’attente…

Au début c’était simple il dormait ou était blotti contre moi mais maintenant qu’il court, grimpe, râle ces heures d’attente deviennent laborieuses et épuisantes…

Mais voilà j’ai fait le choix de faire des enfants et je souhaite qu’ils soient tous autonomes avec les armes que la vie leur a autorisé à avoir.

Alors les mardis et jeudis je cours (plutôt je conduis) entre l’école, l’ortho,  le pedopsy, encore l’école….

Rien qu’aujourd’hui je suis allée chercher nounou à 14h10 à l’école (et donc sorti bébé Spizou de la voiture et remis 5 min après .. Le drame!)pour l’amener à 14h30 chez l’orthophoniste. 

Évidemment il pleut donc pas de balade possible et 45 min à attendre dans la salle d’attente…

Puis on repart pour l’école on ressort bébé Spizou de la voiture qui se met à hurler car il voit son frère partir mais comme il pleut pas la peine d’aller au parc donc balade en voiture car dans à peine 20 min on doit prendre grand Spizou pour l’amener au pédopsychiatre. 

Bébé Spizou s’endort dans la voiture, on récupère le grand et on repart pour 15 bornes…

Arrivés là bas la séance commence et on doit attendre 40 min avec bébé dans la salle d’attente… Puis le pedopsy t’appelle pour debriefer…

Debriefer avec un 17 mois touche à tout et ben c’est sacrément compliqué! 

Puis vient la phrase « à la semaine prochaine! » Qui te rappelle que ce même périple va revenir et que tu pries qu’il fasse beau! 

Je t’epargne le retour à la maison avec numéro 2 et 3 qui arrivent en bus comme des furies car ils ont faaaaaiiiiimmmm et le texto de Spizdad qui t’annonce qu’il finira plus tard….

Après bain, douches, disputes, tracas, devoirs, pleurs de fatigue du numéro 4, l’homme arrive, prends le relais que 20 minutes car il est déjà l’heure de coucher bébé…

Donc oui j’ai vraiment l’air d’être une taximum car à chaque rendez vous j’essaye de profiter dans la voiture d’avoir un moment particulier avec mes fils. C’est souvent dans ces trajets que j’apprends leurs petits secrets, leurs joies, leur peines.

Je suis toute à eux et c’est journée là me le rappelle et me le prouve. 

Je ne vais pas te dire que je n’y vais jamais à reculons (je suis humaine je te le rappelle!) et que j’ai soufflé de soulagement lorsque j’ai eu un appel pour annuler un rendez vous car le monsieur ou la madame n’est pas la… Évidemment je me suis souvent remise en question dans le fait d’infliger ce marathon à mon bébé…

Mais voilà j’ai voulu mes enfants et je suis certaine que toute leur vie ils se souviendront de leur taximum qui planquait des gâteaux pour les réconforter après leur rendez vous 😉

Cand, Taximum

Ps: si tu as des idées d’activités pour la salle d’attente n’hesites pas à me les dire j’en ai encore pour quelques années !

Pâques sans z eux …

C’est dans ces moments la que tu te rends compte qu’il y a 1000 km qui nous sépare…

Nous allons fêter pour la première fois Pâques à 6..

Depuis toujours nous allions chez mes beaux parents. Ma belle mère décorait la maison pour l’occasion, préparait la chasse aux œufs et elle rassemblait toute la famille autour d’une grande tablée …

Oui les repas de famille ne sont pas de tout repos. Entre les minots qui courent et crient, entre les animaux, le monde et tout et tout, cette journée s’apparentait à un marathon…

Mais voilà c’est Pâques! C’est comme noel mais en plein jour! 

Et cette année? 

Avec Spizdad on s’est demandé si nous allions faire un bon repas ou si la chasse aux œufs allait sufir…

Et puis mince! 

Oui demain on se fera beaux, demain je vais décorer et me mettre aux fourneaux. Oui demain on pensera à eux qui nous manque tant. 

On fera l’apéro puis j’ai prévu des salades, de l’agneau patate flageolet et une cocote à la mousse au chocolat et praline 🙂 j’ai acheté des pains spéciaux comme pour les grandes occasions que j’ai hâte de goûter!!

J’ai prévu de décorer une belle table avec des plumes et des petits œufs. 

On mettra de la musique pour danser et profitez de cette belle fête! 

On fera la fête avec eux dans nos cœurs…. Et on les appèlera pour leur dire qu’on les aime! 

Je vous souhaite une joyeuse Pâques!!!

Cand, spizmum